Zola, Dreyfus et les autres

Zola était un très grand écrivain. Il n’avait pas besoin de quêter la notoriété à travers quelque affaire tonitruante. Il était occupé : une œuvre considérable, une femme, une maîtresse, voilà qui suffit largement à faire passer le temps menu qui nous est imparti.

L’affaire Dreyfus, cette condamnation sur fond d’antisémitisme virulent, l’a révolté. Il a pris des risques, s’est battu pour la justice pour que cessât cette infamie.  Bel exemple d’engagement ;

On sait moins qu’on lui a demandé d’intervenir pour Oscar Wilde. Oscar Wilde, dandy de génie, écrivain de talent – ainsi se voyait-il,  venait d’être condamné pour le « crime » d’homosexualité. Il a vécu l’enfer à la prison de Reading, voir son De Profundis adressé à Oscar Douglas, dit Bosie, charmant crétin.

Zola n’est pas intervenu. Il a laissé faire. Une cause pas assez noble ?

Comme quoi, il est difficile d’être un type vraiment bien à temps complet.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s